Max Ophuls

Cinéaste, France/Allemagne

Max Oppenheimer est né à Sarrebrück le 6 mai 1902. 1918 : Alors qu’il décide de consacrer sa vie au théâtre et qu’il fait ses premiers pas sur les planches, il choisit le pseudonyme d’Ophuls. 1920-1929 : Metteur en scène de théâtre, il monte quelques 150 pièces de Shakespeare, Molière, Schiller, Ibsen, Bernard Shaw, Offenbach… 1930 : Il fait ses débuts au cinéma comme assistant de Anatol Litvak sur Nie wieder Liebe. 1932 : Après un court essai, il s’affirme avec la réalisation de son premier long métrage, La Fiancée vendue, comme un des maîtres du septième art nouvellement parlant. 1933 : Contraint, en tant que juif, de quitter l’Allemagne, il émigre en France. 1940 : Second exil vers les Etats-Unis où son insertion professionnelle est difficile. 1950 : Il reprend le chemin des studios français où il peut enfin s’épanouir et son talent s’exercer de nouveau. 1957 : Après une dernière mise en scène théâtrale en Allemagne (Le Mariage de Figaro), Max Ophuls meurt à Hambourg d’une inflammation rhumatismale du coeur.

Max Ophuls (1902-1957)
Indépendamment du cosmopolitisme de la carrière de Ophuls (Francfort, Berlin, Vienne et Dortmund furent des villes étapes de ses travaux), on le trouve en France dans les années 30 entre plusieurs voyages en Ita-lie et même au Japon. Bien que naturalisé, sa carrière française demeure une étape transitoire au cours de laquelle il réalise entre autres La Tendre ennemie en 1935 et Le Roman de Werther en 1938. 11 fuira lui aussi l’arrivée des Allemands. La Tendre ennemie. A travers cette comédie viennoise mise au goût français, la Belle Epoque recréée par Ophuls donne au cinéma français un regard réaliste sur un début de siècle que des cinéastes comme Renoir ne pourront pas ignorer (La Partie de campagne). Il est d’ailleurs frappant que ce qui se dégage des films de Ophuls, dont on remarque souvent les aspects baroques, soit précisément des thèmes qui ont à voir avec la fatalité et la solitude sociales des films de Carné-Prévert (en particulier dans Le Roman de Werther). (Une étape française dans la carrière de…, catalogue 1983)

Filmographie

1930 : Dann schon lieber Lebertran (mm) 1931 : Die verliebte Firma 1932 : La Fiancée vendue (Die verkaufte Braut) ; Die lachenden Erben ; Liebelei (et sa version française, Une histoire d’amour) 1934 : On a volé un homme ; La signora di tutti (Italie) 1935 : Divine 1936 : Valse brillante de Chopin (cm) ; Ave Maria de Schubert (cm) ; Komedie vom Geld (Pays-Bas) ; La Tendre ennemie 1937 : Yoshiwara 1938 : Werther 1939 : Sans lendemain 1940 : De Mayerling à Sarajevo ; L’Ecole des fem-mes (inachevé) 1946 : Vendetta (Coréal. Preston Sturges, Stuart Heisler, Howard Hugues et Mel Ferrer)
1947 : L’Exilé (The Exile) 1948 : Lettre d’une inconnue (Letter From an Unkown Woman) 1949 : Caught ; Les Désemparés (The Reckless Moment) 1950 : La Ronde 1952 : Le Plaisir 1953 : Madame de… 1955 : Lola Montès