Lola Montès

Max Ophuls

35 mm — couleurs — 110 mn — 1955

Scénario Jacques Natanson, Annette Wademant, Max Ophuls et (pour la version allemande) Franz Geiger, d’après le roman de Cécil Saint-Laurent La Vie extraordinaire de Lola Montès Images Christian Matras Son Antoine Petitjean Décors Jean d’Eaubonne, Jacques Guth et William Schatz (vers. all.) Montage Madeleine Gug Production Gamma-Films/Florida Films (Paris)/ Unionfilms (Munich) Sortie Paris 23 décembre 1955 Interprétation

Martine Carol (Lola Montès), Peter Ustinov (le grand écuyer), Anton Walbrook (Louis le de Bavière), Ivan Desny (lieutenant James), Lise Delamare (Mrs Craigie), Henri Guisol (Maurice), Paulette Dubost (Joséphine), Oscar Werner (l’étudiant), Will Quadflieg (Franz Listz)

Un cirque gigantesque à la Nouvelle-Orléans, vers 1880. On y représente la vie extraordinaire de Lola Montès, l’une des courtisanes les plus fêtées de son époque, et qui fut anoblie par le roi de Bavière avant d’être chassée de ce pays par des émeutiers. Aujourd’hui, elle est réduite à jouer, sous la conduite d’un écuyer complaisant et lui aussi amoureux d’elle, sa « scandaleuse carrière de femme fatale ». Défilent sous nos yeux : sa liaison avec Liszt, son mariage manqué avec l’ex-soupirant de sa mère, ses frasques avec un chef d’orchestre italien, et l’épisode le plus fabuleux : son idylle avec le roi Louis Ier de Bavière, qui déclencha une révolution. A présent, vieillie, malade, elle continue, contre l’avis de ses médecins, à mimer ses triomphes et sa déchéance. Un jour, le grand plongeon dans le vide qui est le clou de son spectacle lui sera fatal…