Sans lendemain

Max Ophuls

35 mm — N et B — 82 mn — 1939

Scénario Jean Villème (Hans Wilhelm), André-Paul Antoine, Jean Jacot (Hans Jacobi) et Max Ophuls Images Eugène Schufftan Son Pierre Calvet Musique Allan Gray Décors Eugène Lourié Montage Bernard Séjourné et Jean Sacha Production Ciné-Alliance/Inter-artistes films (Paris) Sortie Paris 22 mars 1940 Interprétation

Edwige Feuillère (Evelyne Morin), Michel François (Pierre, son fils), Georges Rigaud (le docteur Brandon), Paul Azaïs (Henri), Daniel Lecourtois (Armand), Georges Lannes (Paul Mazuraud), Gabriello (Mario), Pauline Carton (Ernestine), Jane Marken (Mme Michu)

C’est l’histoire d’une double vie, celle d’Evelyne Morin, petite entraîneuse de boîte de nuit, en réalité ancienne femme du monde élégante et racée, astreinte à ce métier dégradant par suite du décès de son mari, aventurier sans scrupules qui lui a laissé un fils à élever. Elle retrouve un docteur canadien qu’elle a aimé dix ans plus tôt et auquel elle s’efforce de cacher sa déchéance. Va-t-elle remonter la pente ? Des amis fidèles l’y encouragent. Au dernier moment, alors qu’elle doit prendre le train pour Le Havre, à destination de l’Amérique, elle disparaît… La fatalité l’emporte. Sur les quais embrumés de la Seine, on la cherche en vain ; elle s’est évanouie dans le brouillard. On ne saura jamais ce qu’elle est devenue.