Billy Wilder

Cinéaste, Etats-Unis

De son vrai nom Samuel Wilder, il est né à Sucha (actuellement en Pologne), le 22 juin 1906. Après des études de droit, il est journaliste à Vienne, puis à Berlin et écrit plusieurs scénarios pour le studio allemand U.F.A. Á l’arrivée d’Hitler, il rejoint Hollywood en passant par Paris, où il co- réalise son premier film Mauvaise Graine. Auteur de nombreux scénarios pour Ernst Lubitsch ou Howard Hawks, il tient vite à les porter lui-même à l’écran, et, sous contrat avec la Paramount, débute dans la mise en scène en 1942. Il signe des films d’une noirceur teintée de cynisme, mais son genre de prédilection reste la comédie. De plus en plus souvent producteur par souci d’indépendance, il est épaulé par ses acteurs favoris, Walter Matthau, Jack Lemmon, William Holden ou Shirley McLaine. Il cesse de tourner en 1981 et, jusqu’à sa mort en 2002, continue de recevoir les plus grands hommages du monde du septième art.

BILLY WILDER (né en 1906)
Après une activité de scénariste à Berlin, notamment pour Robert Siodmak, Wilder fuit Hitler en 1933 et arrive à Paris où il réa-lise Mauvaise graine en 1934. Puis il conti-nue sa fuite aux USA devant les menaces nazies en Europe. Mauvaise graine est un film injustement méconnu et peu considéré par les cinéphiles dans la carrière de Billy Wilder. Encore faut-il que ce film soit vu… C’est un des exemples les plus intéressants de la conju-gaison d’apports allemands avec un style de comédie « à la française ». Pierre Mingand et Danièle Darrieux, couple de comédiens-danseurs-chanteurs adulé dans les années 30, rencontrent, chez Billy Wilder, un uni-vers théâtral habilement transposé au cinéma, issu du « Schauspiel » musical type Opéra de quat’sous (scénario, costumes,. personnages). Histoire de mauvais garçon comme Liliom et Dans les rues, le film de Wilder sait jouer de la poésie urbaine (admirables vues documentaires de Paris), mais semble respirer trop à l’étroit dans ses moments de pure comédie et d’action. Il faudra que Wilder trouve la folie hollywoo-dienne pour donner sa mesure dans l’essen-tiel de sa carrière américaine qui éclipse totalement ses débuts. (Une étape française dans la carrière de…, catalogue 1983)

Filmographie

Comme réalisateur : Mauvaise Graine (avec Esway, 1934) ; The Major and the Minor (Uniformes et jupons courts, 1942) ; Fives Graves to Cairo (Les Cinq secrets du désert, 1943) ; Double Indemnity (Assurance sur la mort, 1944) ; The Lost Week-End (Le Poison, 1945) ; The Emperor Waltz (La Valse de l’Empereur, 1948) ; A Foreign Affair (La Scandaleuse de Berlin, 1948) ; Sunset Boulevard (Boulevard du crépuscule, 1950) ; Ace in the Hole/The Big Carnival (Le Gouffre aux chimères, 1951) ; Stalag 17 (Stalag 17, 1953) ; Sabrina (Sabrina, 1954) ; The Seven Year Itch (7 Ans de réflexion, 1955) ; The Spirit of St. Louis (L’Odyssée de Charles Lindbergh, 1957) ; Love in the Afternoon (Ariane, 1957) ; Witness for the Prosecution (Témoin à chdrge, 1958) ; Some Like It Hot (Certains l’aiment chaud, 1959) ; The Apartment (La Garçonnière, 1960) ; One, Two, Three (Un, deux, trois, 1961) ; Irma la douce (Irma la douce, 1963) ; Kiss Me, Stupid (Embrasse-moi, idiot, 1964) ; The Fortune Cookie (La Grande Combine, 1966) ; The Private Life of Sherlock Hol-mes (La Vie privée de Sherlock Holmes, 1970) ; A vanti (A vanti, 1972) ; Front Page (Spécial première, 1974) ; Fedora (Fedora, 1977) ; Buddy Buddy (1981)