Masaki Kobayashi

Cinéaste, Japon

Né en 1916. Ayant étudié l’art oriental et la philo-sophie à l’université de Waseda, il entre aux studios de la Shochiku en 1941, comme assistant réalisateur, mais se trouve aussitôt mobilisé et envoyé en Mandchourie. Fait prisonnier de guerre à Okinawa en 1945, il ne rentre au Japon qu’en 1946 et retourne à la Shochiku, où il devient assis-tant de Kinoshita, pour qui il écrit également des scénarios. Il passe à la réalisation en 1952 avec La Jeunesse du fils.

Filmographie

1952 : La Jeunesse du fils (Musuko no seishun) 1953 : Le Coeur sincère (Magokoro) 1954 : La Chambre aux murs épais (Kabe atsuki heya), sorti en 1957 ; Trois amours (Mittsu no ai) 1955 : Quelque part sous le ciel immense (Kono hiroi sora no dokoka ni) Les Belles Années / Les Jours magnifiques (Uwarashiki saigetsu) 1956 : La Fontaine (Izumi) Je t’achèterai (Anata kaimasu) 1957 : Rivière noire (Kuroi kawa) 1959-1961 : La Condition de l’homme (Ningen no jôken), en trois parties : I. Pas de plus grand amour. II. Le Chemin de l’éternité. III. La Prière d’un soldat 1962 : L’Héritage (Karami-ai/ litt. Amour acre) 1963 : Harakiri (Seppuku) 1964 : Kwaidan (Kaidan) (Quatre contes : I. Les Cheveux noirs. II. La Femme des neiges. III. Hoi-chi sans oreilles. IV. Dans un bol de thé 1967 : Rébellion (Jôi-uchi/ litt. Révolte contre l’ordre) 1968 : La Jeunesse du Japon/Pavane pour un homme épuisé (Nippon no Seishun) 1970 : L’Auberge du mal (Inochi bonifuro/ litt. Ainsi va la vie) 1974 : Les Fossiles (Kaseki) 1978 : L’Automne embrasé (Moyuru aki) 1983 : Les Procès de Tokyo (Tôkyô Saiban) 1985 : La Table vide/La Maison sans table à man-ger (Shokutaku no nai ie)