Olivier Assayas

Cinéaste, France

Olivier Assayas obtient une maîtrise de Lettres. Entre 1973 et 1978, il participe en tant qu’assistant au tournage de plusieurs films, dont The prince and the pauper, de Richard Fleischer (1977), et Superman, de Richard Donner (1978). Puis il écrit et réalise ses propres courts métrages. Il intègre en 1980 le comité de rédaction des Cahiers du Cinéma. En 1984, il co-écrit avec André Téchiné le scénario de Rendez-vous, et en 1985 celui du Lieu du crime. Fort de ces expériences, il tourne son premier long métrage Désordre sur une jeunesse désenchantée dont la cohésion se brise à la suite d’un drame. Dès ce premier film, Assayas s’intéresse à une communauté marquée par un mal, commis ou à venir. On retrouve ce processus de dislocation à travers le couple de son deuxième film, L’Enfant de l’hiver (1988). Dans Paris s’éveille (1991), Assayas filme les retrouvailles d’un père et d’un fils qui finissent par entrer en concurrence amoureuse. Dans Une nouvelle vie (1992), il continue de dissoudre la famille, dont chaque membre refuse de jouer le rôle qui lui est assigné. En 1993, il participe à la série Tous les garçons et les filles de leur âge, commandée par Arte. Il réalise L’eau froide inspiré de sa propre adolescence, sélectionné à Cannes. Dans tous ses films, les liens communautaires sont observés d’un point de vue mélancolique et poétique. Assayas est un cinéaste qui donne la prééminence aux personnages plus qu’au scénario. Proches de ceux de Téchiné par leur dimension romanesque et tragique, comme dans Alice et Martin (1998) dont il écrit le scénario avec le réalisateur, ils sont toujours en quête d’eux-mêmes. Le cinéma d’Assayas parle de la perte des illusions, de la fuite du temps. Il le rattache aux réalisateurs qui poursuivent une tradition d’intimisme introspectif propre au cinéma français. Ainsi Les destinées sentimentales tourné en 2000 et présenté à Cannes, où l’on assiste à la naissance d’un couple et à sa traversée des époques. Il surprend deux ans plus tard avec Demonlover (2002), thriller high-tech. Puis il revient à Cannes en 2004, avec Clean, émouvant portrait d’une ex-junkie décidée à récupérer la garde de son fils, qui vaut à son interprète, Maggie Cheung, le prix d’Interprétation féminine. A l’origine d’une Carte Blanche du Festival Art Rock de Saint Brieux, il réalise Noise (2005), sorte d' »essai musical », à mi-chemin entre le documentaire et le film musical : le concert filmé. Assayas dit y mettre en scène le dialogue entre la musique et les images. Il participe en 2006 à l’oeuvre collective Paris je t’aime où vingt réalisateurs internationaux réinventent Paris, illustrant le thème de l’amour, celui du cinéma notamment, au fil de différents quartiers parisiens. Il réalise pour Arte un documentaire sur le cinéaste taïwanais Hou Hsiao Hsien (1997). Il est coauteur, avec Stig Bjönkman, de l’ouvrage Conversation avec Bergman (éditions Cahiers du cinéma, 1990), et il a publié un essai sur Kenneth Anger. Il pratique par ailleurs la peinture. Il participe en 2004 au projet On Set With French Cinéma, lancé en 2003 par Unifrance et le ministère français des Affaires étrangères, et se rend à Chicago pour y donner une « master class » à la très prisée école de d’arts et de communication du Columbia Collège, présenté par son directeur comme « l’un des plus grands metteurs en scène français actuels. »Il vante le journalisme comme une excellente école et explique que l’art doit aller contre la logique d’un monde tourné vers le business et le conformisme.

Filmographie

1979 Copyright (cm) 1980 Rectangle (cm) 1982 Laissé inachevé à Tokyo (cm) 1986 Désordre 1988 L’Enfant de l’hiver 1991 Paris s’éveille 1993 Une nouvelle vie 1994 L’Eau froide 1996 Irma Vep 1997 HHH, portrait de Hou Hsiao-hsien (doc) 1998 Fin août, début septembre 2000 Les Destinées sentimentales 2002 Demonlover 2004 Clean 2005 Paris je t’aime 2006 Boarding Gate • Noise (doc) • Chacun son cinéma : Recrudescence (cm) 2007 L’Heure d’été • Eldorado / Preljocaj 2010 Carlos 2012 Après mai 2014 Sils Maria