Richard Brooks

Cinéaste, Etats-Unis

Naissance de Richard Brooks à Philadelphie, Pennsylvanie, U.S.A., le 18 mai 1912. Etudes à la Temple University. Journaliste au Philadelphia Record (comme reporter sportif), à l’Atlantic City Press Union, puis au World Telegram. Travaille pour la station de radio WNEW, puis pour NBC et ensuite avec Orson Welles. Devenu scénariste, il collabore (comme scénariste, dialoguiste ou auteur de l’adaptation), aux films Sin Town de Ray Enright (1942), The White Savage de Arthur Lubin (1943), Cobra Woman de Robert Siodmak (1943), My best Gal de Anthony Mann (1943), Swell Guy de Frank Tuttle (1946), The Killers de Robert Siodmak (1946), Brute Force de Jules Dassin (1947), To the Victor de Delmer Daves (1948), Key Largo de John Huston (1948), Mystery Street de John Sturges (1950). Auteur de trois romans : The Brick Foxbole (1946) – dont Dmytryk tourna une adaptation Crossfire, The Rolling Point (1948), The Producer (1951). En 1943, il rejoignit les rangs des Marines. Scénariste, crédité ou non, de tous ses films.

Filmographie

1950 : Crisis (Cas de conscience). 1951 : The Light touch (Miracle à Tunis). 1952 : Deadline USA (Bas les masques). Baffle Circus (Le Cirque infernal). 1953 : Take the high ground (Sergent la ter-reur). 1954 : The Flame and the flesh. The Last Time I saw Paris (La dernière Fois que j’ai vu Paris). 1955 : Blackboard Jungle (Graine de violen-ce). 1956 : The Last Hunt (La Dernière Chasse). The Catered Affair (Le Repas de noces) à la T.V. 1957 : Something of Value (Le Carnaval des dieux). The Brothers Karamazov (Les Frères Karamazo y). 1958 : The Cat on a hot tin roof (La Chatte sur un toît brûlant). 1960 : Elmer Gantry (Elmer Gantry, le charlatan). 1962 : Sweet bird of youth (Doux Oiseau de jeunesse). 1964 : Lord Jim (Lord Jim). 1966 : The Professionals (Les Professionnels). 1967 : In Cold Blood (De sang froid). 1969 : The Happy Ending. 1971 : Dollars. 1975 : Bite the Bullet (La Chevauchée sauvage). 1977 : Looking for Mr Goodbar (A la recherche de M. Goodbar).