Kijû Yoshihige Yoshida

Cinéaste, Japon

Kijû Yoshihige Yoshida (吉田 喜重) cinéaste japonais né à Fukui en 1933. En 1951, Kijû Yoshida étudie la littérature française à l’université de Tokyo avec une prédilection pour Jean-Paul Sartre.

A la fin de ses études, en 1955, il entre à la Shochiku, une “major” japonaise et travaille comme assistant réalisateur, notamment de Kinoshita. Dès 1960, il réalise son premier film : Rokudenashi (Bon à rien) qui lui vaut l’estime du cinéma japonais de la “Nouvelle vague”.

En 1964, en désaccord avec la politique commerciale de la Shochiku, il crée sa propre société de production, la Gendai Eigasha (Société du cinéma contemporain) qui produira désormais ses films. A ce jour, il a réalisé 18 longs métrages. De 1973 à 1976, il réalise une longue série de films documentaires sur l’art, pour la télévision, intitulée La Beauté de la beauté. De 1978 à 1982, il voyage et s’installe au Mexique, entamant une riche collaboration avec le cinéma mexicain.

Kijû Yoshida s’intéresse également au théâtre. En 1977, il met en scène la pièce de Yukio Mishima, Gengi Kuyo au Théâtre National et poursuit l’expérience au théâtre Mitsukoshi de Tokyo avec trois drames adaptés de Saikaku Ihara.

Madame Butterfly de Puccini, mise en scène à l’Opéra de Lyon en 1990, 1992 et 1995, marque sa première incursion dans le domaine lyrique. Il a récemment réalisé deux documentaires sur le cinéma : Le Cinéma d’Ozu et Rêves de cinéma, rêves de Tokyo, qui retrace la vie d’un opérateur des frères Lumière. Kijû Yoshida a également publié des livres : Logique de la négation, métamorphose par l’imagination (1970), L’Anarchisme des choses vues (1972) et Mexico, métaphore gaie (1984).

Filmographie

Bon à rien (1960), Le sang chaud (1960), Au bout de la nuit douce (1961), Station thermale d’Akitsu (1962), Les 18 jeunes à l’appel de l’orage (1963), Evasion du Japon (1964), Histoire écrite sur l’eau (1965), Lac d’une femme (1966), Mauvaise foi (1967), La Femme et la Flamme (1967), La fonte du givre (1968), Adieu lumière d’été (1968), Eros + Massacre (1969), Purgatoire héroïque (1970), Aveux Theories Actrices (1971), Coup d’Etat (1973)