Ghassan Salhab

Cinéaste, Liban

Ghassan Salhab voit le jour en 1958 au Sénégal, où il passe les treize premières années de sa vie. Arrivé au Liban en 1970 avec sa famille, il se sent profondément « étranger » dans  ce qui devrait être son pays. En 1975, en partance pour le Sénégal, il fait escale à Paris et c’est le coup de foudre. Il s’y installe pour un séjour de plusieurs années tout en faisant des  voyages réguliers vers le Liban. Cinéphile boulimique, il décide de concrétiser sa passion pour le cinéma et occupe tour à tour les fonctions de technicien, assistant, scénariste. En  1998, il réalise son premier long métrage Beyrouth fantôme, où il parle de cette ville dont il est à la fois si proche et si distant. Ses films suivants reprennent ce même thème d’une ville  en perpétuelle destruction et reconstruction, qui doute de sa propre permanence et de ses possibilités d’avenir. Les liens avec son pays d’origine sont à la source de son oeuvre. En  dehors de ses propres réalisations, Ghassan Salhab enseigne dans différentes universités au Liban et collabore à l’écriture de scénarios.