Un homme qui crie

Mahamat-Saleh Haroun

Belgique — France — Tchad — fiction — 2010 — 1h32 — numérique — couleur — vostf

Scénario Mahamat-Saleh Haroun Image Laurent Brunet Musique Wasis Diop Montage Marie-Hélène Dozo Son Dana Farzanehpour Production Pili Films, Goï-Goï Productions, Entre chien et loup Source Pyramide Distribution Interprétation

Youssouf Djaoro (Adam), Diouc Koma (Abdel), Emil Abossolo M’bo (le chef de quartier), Hadjé Fatimé Ngoua (Mariam)

Prix du Jury au Festival de Cannes 2010

Adam, la soixantaine, est le maître nageur de la piscine d’un hôtel de luxe à N’Djamena, au Tchad. Lors du rachat de l’hôtel par des repreneurs chinois, il doit laisser la place à son fils Abdel. Il vit très mal cette situation qu’il considère comme une déchéance sociale. Le pays est en proie à la guerre civile et les rebelles armés menacent le pouvoir. Le gouvernement, en réaction, fait appel à la population pour un « effort de guerre » exigeant d’eux argent ou enfant en âge de combattre les assaillants…

« Sous le style calme et serein de ce film mijotent une douleur, une colère, une rage que l’on sent palpiter au fond des plans. Un homme qui crie confirme que l’Afrique est dans le mouvement de l’histoire et qu’Haroun est un cinéaste important, par son talent d’abord, mais aussi en ce qu’il permet aux Africains de s’approprier leur histoire et leur image. » Serge Kaganski, les Inrockuptibles, 28 septembre 2010