Tirez sur le pianiste

François Truffaut

France — fiction — 1959 — 1h20 — 35mm — noir et blanc

Scénario Marcel Moussy, François Truffaut, d’après le roman Down There de David Goodis Image Raoul Coutard Musique Georges Delerue Montage Cécile Decugis, Claudine Bouché Son Jacques Gallois Production Les Films de la Pléiade Source MK2 Interprétation

Charles Aznavour (Charlie Kohler), Marie Dubois (Léna), Nicole Berger (Thérésa), Michèle Mercier (Clarisse), Albert Rémy (Chico), Serge Davri (Plyne), Daniel Boulanger (Ernest), Richard Kanayan (le petit Fido), Claude Mansard (Momo)

Qui est Charlie Kohler, ce pianiste distrait et triste du bastringue de Plyne ? Un soir, un de ses frères lui demande de l’aide… La serveuse Léna, elle, en est amoureuse. Elle sait qu’il se nomme Édouard Saroyan, qu’il est un grand pianiste et qu’il a été marié…

« Truffaut disait souvent : “À partir du moment où Hitchcock utilise Bernard Herrmann, il y a quelque chose d’intensifié dans son cinéma.” On pourrait aisément le paraphraser : le jour où la musique de Georges Delerue s’est glissée sur les images de Truffaut, son cinéma a gagné en densité, amonté d’un cran sur l’échelle des sentiments. En l’occurrence, Tirez sur le pianiste est le film sur lequel se noue leur collaboration: hirsute et ironique, pastichant les climats de série noire, la partition de Delerue fonctionne comme un rodage, un tour de chauffe aux chefs-d’oeuvre à venir (Jules et Jim, La Peau douce, Les Deux anglaises…) sans contenir encore ce qui sera la marque du compositeur chez Truffaut : le lyrisme et l’expression de la complexité des sentiments. »
Stéphane Lerouge