Mortelle Randonnée

Claude Miller

35 mm — couleurs — 120 mn — 1982

Scénario Michel et Jacques Audiard d’après le roman de Marc Behm Tire Eye of the Beholder Dialogues Michel Audiard Images Pierre Lhomme Son Paul Lainé, Alex Pront Décors Jean-Pierre Kohut-Svelko Musique Carla Bley, Schubert Production Téléma / TF1 Film Production Distribution GEF – CCFC Sortie Paris 9 mars 1983 Interprétation

Michel Serrault (« l’Oeil »), Isabelle Adjani (Catherine), Guy Marchand (l’homme pâle), Sté-phane Audran (la dame grise), Geneviève Page (Mme Schmith Boulanger), Sami Frey (Ralph Forbes), Macha Méril (Madeleine), Patrick Bouchitey (Michel de Meyerganz), Jean-Claude Brialy (Voragine)

Chargé de surveiller la fiancée d’un riche héritier, un détective privé, qui se nomme lui-même « », croit ou veut reconnaître dans cette Catherine sa propre fille. Marie, qu’il n’a pas vue depuis vingt ans (depuis que sa femme l’a quitté) et qu’il cherche désespérément à reconnaître sur une photo de classe. Témoin du meurtre du fiancé, puis d’autres personnes, par la jeune femme, il ne fait cependant rien pour l’arrêter et la suit de ville en ville (Monte-Carlo, Baden-Baden, Rome, Biarritz). Avec l’aide de Betty, une jeune fille qu’elle a prise en stop, « Marie » se livre à un hold-up manqué au cours duquel Betty est tuée. Quand elle décide de se ranger et prend un travail de serveuse de restaurant, l’Oeil commet lui-même un hold-up pour lui procurer de l’argent, puis force avec elle un barrage de police : mais la jeune femme, cernée par la police, se jette en voiture du haut du parking où elle se trouve prise au piège. Dans un cimetière, l’ex-épouse de l’Oeil lui montre la tombe de la vraie Marie, décédée quelques années plus tôt.