La Meilleure Façon de marcher

Claude Miller

35 mm — couleurs — 90 mn — 1975

Scénario et dialogues Claude Miller et Luc Béraud Images Bruno Nuytten Décors et costumes Milton McConnico Musique Alain Jomy Production Filmoblic Distribution UZ. Distribution Sortie à Paris 3 mars 1976 Interprétation

Patrick Dewaere (Marc), Patrick Bouchitey (Philippe), Christine Pascal (Chantal), Claude Piéplu, Michel Blanc, Marc Chapiteau

L’été 1960 fut pluvieux. Dans une colonie de vacances du Puy-de-Dôme les moniteurs, selon leur personnalité, occupent les enfants. L’équipe de Marc fait du sport sous la pluie, celle de Philippe du théâtre à l’abri dans la salle de jeux. Un soir Marc surprend Philippe dans sa chambre maquillé et vêtu d’une robe rouge. Marc est troublé, Philippe gêné. De là va naître entre les deux jeunes hommes une complicité trouble de type homosexuel, que le refoulement va transformer en relation opprimeur-opprimé. Faute de vouloir franchir le pas sexuel, Marc va se livrer sur Philippe à toute une série de sévices aussi bien physiques que moraux. Pour sortir de cette situation Philippe s’affirmer comme homme. Sa première tentative sexuelle avec Chantal, sa fiancée, est un échec, de même que ses velléités sportives. Ce n’est qu’à l’occasion d’un bal costumé donné pour la fin de la colonie que Philippe décidera de s’assumer. Il se présente en danseuse espagnole. Coïn-cidence symbolique, Marc entre en toréador, Chantal attend en milord moustachu. Alors Philippe, au cours d’une séquence d’une intensité exacerbée reprendra l’avantage et ira jusqu’à atteindre Marc dans sa chair. Quelques années plus tard, Marc agent immobilier tente de vendre un appartement à Philippe qui vit avec Chantal. Ils ne sont pas mariés, Marc l’est et promène un attaché-case. « Après toi » dit-il à Philippe en sortant de l’appartement.