Mathias Kneissl

Reinhard Hauff

35 mm — couleurs — 192 mn — 1971

Scénario Reinhard Hauff et Martin Sperr Images W.P. Hassenstein Musique Peer Raben Décors Max Ott Jr Costumes Barbara Baum Son Adolf Kredatus . Montage Jean-Claude Piroué Production Bavaria-Atelier Interprétation

Hans Brenner, Ruth Drexel, Frank Frey, Alfons Scharf, Eva Mattes, Kelle Riedl, Hanna Schygulla, Martin Sperr, Kurt Raab, Rainer Werner Fassbinder

1900. Un patelin entre Munich et Augsbourg. La famille Kneissl a une réputation douteuse d’étrangers et de receleurs, de voleurs, de bandits. Un oncle, immigrant italien, s’est fait abattre lors d’un vol avec effraction à main armée. Les Kneissl vivent retirés dans un moulin abandonné — de petits travaux de menuiserie et surtout de braconnage. La police les observe, les poursuit, par exemple lorsque Catherine (14 ans) sèche ses cours ou lorsque Alois et Mathias vont danser au village bien qu’ils soient encore mineurs. Un beau jour leur père est roué de coups par les gendarmes. Il en meurt. Leur mère justement est en prison pour recel. Les enfants abandonnés à eux-mêmes, ne trouvent pas de travail et sont forcés de continuer cette vie de braconnage et d’aven-ture. Jusqu’à ce qu’Alois perde la tête en voyant un flic chercher à violer sa jeune soeur et le menacer, lui, de maison de redressement : il lui tire dessus. Sept ans de prison pour Alois qui y meurt et cinq pour Mathias… qui n’a pas tiré. En sortant de prison, les chances de Mathias sont encore moindres. II ne trouve pas de travail et pas d’autre issue que de poursuivre sa carrière d’apprenti criminel. Le premier vol commis en compagnie de son ancien copain Patsch le mènera à l’échafaud. Il aura tout juste eu le temps de devenir le héros des petites gens qui voient en lui leur propre révolte réalisée… et punie. Ses quelques succès faciles — auprès de paysannes fanées — ne lui permettent pas d’oublier le rêve de sa vie : s’échapper avec Mathilde, sa bien-aimée, en Amérique, pays de la liberté et des rêves.