The Man I Love

Raoul Walsh

35 mm — N et B — 96 mn — 1947

Scénario Catherine Turney et Jo Pagano, d’après le roman de Marina Wolff Images Sid Hickox Musique Max Steiner (direction musicale Leo F. Forbstein) Décors Eddie Edwards Montage Owen Marks Production Warner Bros Interprétation

Ida Lupino (doublée pour les chansons par Peg Lacentra) (Petey Brown), Robert Aida (Nicky Toresca), Andrea King (Sally Otis), Bruce Bennett (Sam Thomas), Marta Vickers (Virginia Brown), Don McGuire (Johnny O’Connor), Alan Hale (Riley), Dolorès Moran (Gloria O’Connor)

Retournant passer Noël dans sa ville natale, une chanteuse de night club aide ses soeurs à résoudre des problèmes familiaux et redonne espoir à un pianiste de jazz prêt à sombrer dans l’alcoolisme.

« Walsh épure l’action de quantité de « scènes à faire », mais se garde de gommer les détails qui assure le « rendu » d’une atmosphère… 11 fournit un exemple de sa fameuse « efficacité », sur un sujet aussi peu passionnant que possible, d’une manière presque abstraite et dépouillée de tout recours à la violence, puisque deux courtes scènes seulement révèlent la folie et l’obsession érotique qui couvent sous les rapports humains les plus conventionnels. Puis, par une sorte de deuxième mouvement progressif, Walsh peint le passage d’Ida Lupino d’une insolence presque masculine à la tendresse meurtrie qui est aussi le fond de son caractère. Dans cette tendresse, Ida Lupino se préfigure telle qu’elle tentera de s’imposer derrière la caméra, avec son très beau mélodrame Not Wanted. »

Gérard Legrand, « Positif », été 1966