Lumière d’été

Jean Grémillon

35 mm — 105 mn — N et B — 1942-1943

Scénario Jacques Prévert et Pierre Laroche Images Louis Page, Jacques Letellier et Roger Arrignon Musique Roland Manuel et Roger Désormière Montage Louisette Hautecceur Décors Max Douy et André Barsacq (maquettes d’Alexandre Trauner) Production André Paulvé (Discina) Interprétation

Madeleine Renaud, Pierre Brasseur, Madeleine Robinson, Paul Bernard, Georges Marchai, Marcel Levesque, Aimos, Jane Marken, Léonce Corne, Blavette, Henri Pons, Gérard Lecomte, Georges Yvon, Josette Paddé

Michèle arrive dans une auberge perdue dans l’arrière-pays provençal pour y retrouver Roland son amant. L’auberge est tenue par une ancienne danseuse de l’Opéra qui a abandonné son métier pour suivre son amant propriétaire d’un château aux alentours. Mais quand Roland arrive enfin, c’est pour rompre avec Michèle à la suite d’un échec artistique qui lui enlève toute confiance en lui. Voyant cela, le châtelain lassé de sa maîtresse, invite le couple chez lui dans l’espoir de séduire Michèle. Mais un jeune ingénieur venu travailler au barrage tout proche est tombé amoureux d’elle et la met en garde. Affectée par la rupture avec Roland, elle décide de rentrer à Paris, mais le châtelain la retient jusqu’au bal qu’il donne en son honneur. Lors du bal, elle accepte l’amour du jeune ingénieur mais le châtelain jaloux provoque un accident où meurt Roland, et tente de tuer l’ingénieur avant d’être démasqué par les ouvriers du barrage.