Katka, pomme reinette

Fridrikh Ermler, Eduard Ioganson

URSS — fiction — 1926 — 1h27 — noir et blanc — muet — intertitres russes sous-titrés en français

Titre original Katka - Bumajny ranet Scénario Mikhaïl Borissoglebski, Boris Leonidov Image Andreï Moskvine, Evgueni Mikhailov Production Sovkino Source La Cinémathèque de Toulouse Interprétation

Veronika Boujinskaïa, Yakov Goudkine, Fiodor Nikitine, Valeri Solovtsov, Bela Tchernova

Katka, une jeune fille de la campagne, arrive à Léningrad et vend des pommes à la sauvette pour survivre. Elle est séduite par un voyou, Zemka, qu’elle chasse lorsqu’elle se découvre enceinte. Elle rencontre alors, en tenant son « commerce », un jeune homme timide et chevaleresque, Vadka…

« La place du vrai père pour le bébé est occupée par un intellectuel déchu, un chômeur-clochard, Vadka, qui devient une sorte de père fictif et qui se réintègre dans la société en luttant contre le vrai père arrêté à la fin du film par la milice. L’emprisonnement du vrai père est présenté comme une libération de la femme et également comme une intégration finale et heureuse de celle-ci à la société : Katka et Vadka sont embauchés dans une usine et deviennent ouvriers, c’est-à-dire accèdent de l’état “asocial” – un intellectuel, une vendeuse à la sauvette – à l’état de la haute socialisation consciente. » Michel Iamposki, Cahiers du cinéma, Spécial URSS, janvier 1990