Car sauvage est le vent

George Cukor

35 mm — N et B — 114 mn — 1957

Scénario Arnold Schulman, d’après le roman Furia, de Vittorio Nino Novarese Images Charles B. Lang Jr et Loyal Griggs Musique Dimitri Tiomkin et Ned Washington (lyrics) Décors Hal Pereira et Tambi Larsen Production Paramount Interprétation

Anna Magnani (Gioia), Anthony Quinn (Gino), Anthony Franciosa (Pietro), Dolores Hart (Angle), Joseph Calleia (Alberto), Lili Valenty (Teresa), James Flavin, Dick Ryan, Joseph Vitale

Gino, riche éleveur du Nevada d’origine italienne, a perdu sa femme Rossana, qu’il aimait tendrement. Après quelque temps, il décide d’épouser la soeur de la défunte, Gioia, nouvellement débar-quée d’Italie. D’abord désorientée, elle est ensuite pleine de désillusion lorsqu’elle s’aperçoit que Gino n’aime en elle que l’image de sa soeur disparue. De là à céder à l’amour de Pietro, un jeune homme que Gino considère comme son fils, il n’y a qu’un pas, que Gioia et Pietro franchiront lors d’une absence prolongée de Gino. Les deux amants décident alors de tout révéler à Gino qui, fidèle à son caractère impétueux et blessé dans son orgueil, frappe Pietro avant de se renfermer en lui-même. L’immense douleur de Gino accable Pietro qui s’éloigne alors de Gioia. Désespérée, alors qu’elle est sur le point de retourner en Italie, Gino lui offre son pardon et lui propose, de nouveau, de reconstruire ensemble leur existence.