Les Bons Débarras

Francis Mankiewicz

Canada/Québec — 35 mm — couleurs — 116 min — 1980

Scénario original Réjean Ducharme Prises de vue Michel Brault Musique Bernard BuisSon Montage andré Corriveau Son Henri Blondeau Production Marcia Couêlle, Claude Godbout Interprétation

Charlotte Laurier (Manon), Marie Tifo (Michelle), Germain Houde (Guy), Louise Marleau (Madame Viau-Vachon), Roger Lebel (Maurice), Gilbert Sicotte (Gaétan), Serge Thériault (Lucien)

Un village isolé dans les montagnes du Québec ; une nature sauvage, superbe et implacable. Ils sont trois à y vivre dans une vieille maison délabrée : Manon, petite fille de 13 ans mais précoce, sa mère, célibataire, et le frère de sa mère. Etrange famille, dont la seule raison d’être est l’amour. Un amour sans compromis. Manon perçoit, avec toute sa lucidité, la tristesse du décor dans lequel elle vit. Mais elle brûle d’un feu incontrôlable, d’une passion dévorante qui la conduit bien loin des frontières quotidiennes de sa pauvreté. Dans cet univers qui l’emprisonne, seul l’amour peut la sauver. Il n’y a qu’un être qui soit digne de sa passion. Un seul être incarne l’amour idéal : sa mère. Pour obtenir l’amour absolu, Manon – petite créature ambiguë et aussi implacable que la nature qui l’entoure – utilisera tous les moyens à sa portée, avec la transparence de l’enfance et la duplicité de ceux qui savent jouer de leurs faiblesses pour triompher. Un film où le lyrisme l’emporte sur la tragédie, la poésie sur le quotidien.