L’Altra Donna

Peter Del Monte

35 mm — couleurs — 1 h 27 — 1980

Scénario Francesco Costa, Peter Del Monte. Images Tonino Nardi. Décors Elena Poccetto Ricci. Musique Renato Piemontese. Montage Ursula West. Production Roberto Levi pour RAI/3, ITF, Polytel (Rome). Distribution Les Grands Films Classiques Interprétation

Francesca De Sapio (Olga), Fantu Mengasha (Regina), Edmund Purdom (Philip), Marisa Merlini (la mère d’Olga), Renato Beltramo (Pietro), Fabrizio Nascimbem (Andrea), Lidia Luzzi (Gloria)

Chez Olga, qui est séparée de son mari et vit seule avec son petit garçon, arrive une jeune Ethiopienne, Regina, venue à Rome pour trouver un travail. Des allusions à la guerre civile qui se déroule en Éthiopie suggèrent les raisons de son départ. Olga, profondément névrosée, vit constamment au bord de l’hystérie et se bourre de tranquillisants. Elle est affligée d’une mère sotte et snob qu’elle n’a jamais comprise. Elle-même ne parvient pas à se considérer comme une véritable mère pour son enfant. Un dîner en tête à tête avec son mari se termine par une violente scène. Entre elle et sa bonne s’instaure peu à peu une certaine amitié (Olga, revêtant par jeu un vêtement éthiopien, se sent devenir « une autre femme »). Entre temps, Regina retrouve son frère, qui vit à Rome depuis quelques années et semble se livrer à des activités plus ou moins louches tout en étant chômeur. Une relation râtée avec un adolescent conduit Olga au suicide : Regina la sauve in extremis. Puis Philip, le mari, déclarant qu’il a rompu avec sa maîtrese, entend reprendre la vie commune : Olga refuse. Au même moment, Regina disparaît : Olga la cher-che dans des explorations nocturnes qui lui font découvrir la vie des immigrés, un monde de misères et de violence. Puis, Regina reparaît à l’improviste : elle lui demande de l’argent pour payer un avortement. Les deux femmes décident alors de rester ensemble et de se soutenir.