Trois couleurs : Bleu

Krzysztof Kieslowski

1992 — 1h40 — 35 mm — couleur

Scénario Krzysztof Kieslowski. Images Slawomir Idziak. Musique Zbigniew Preiner. Montage Jacques Witta. Décors Claude Lenoir. Son Jean-Claude Laureux. Interprétation Juliette Binoche (Julie), Benoît Régent (Olivier), Florence Pernel (Sandrine), Charlotte Very (Lucille), Hélène Vincent (la journaliste), Philippe Volter (l’agent immobilier), Emmanuelle Riva (la mère de Julie), Claude Duneton (le médecin), Hugues Quester (le mari de Julie). Production Tor Production (Varsovie) – CAB Productions – France 3 Cinéma – MK2 Production – CED Productions – Canal +

Une nuit d’un bleu profond, une voiture qui roule trop vite… L’accident. À l’hôpital, Julie apprend que son mari et son enfant, n’ont pas survécu. Patrice, l’époux de Julie, était un musicien renommé qui achevait la partition d’un concert pour l’unification de l’Europe. Après sa sortie d’hôpital, Julie décide de repartir à zéro. Elle met en vente sa maison, reprend son nom de jeune fille, loue un appartement au cœur de Paris, détruit la partition en cours de Patrice, s’isole. Julie découvre à la télévision que Patrice avait une maîtresse, elle n’a de cesse de la retrouver.

The night is the deepest blue, the car is going fast… The accident. At the hospital, Julie learns that her husband and their child, Anna, haven’t survived. Julie’s husband, Patrice, is a renowned musician who was finishing a score for a concert for the unification of Europe. On leaving the hospital, Julie decides to start again from zero. She puts the house up for sale, rents an apartment in the centre of Paris, destroys Patrice’s unfinished score and isolates herself. On the television Julie discovers that Patrice had a mistress, who hasn’t given up trying to find her.