Si j’étais le patron

Richard Pottier

France — 1934 — 100 min — 16 mm — noir et blanc

Scénario André Cerf d’après un scénario de Hanns Marschall et un film de J. A. Hübler-Kahla Dialogues René Pujol Jacques Prévert (n’apparaît pas au générique) Image Jean Bachelet Musique Henri Poussigue Montage Pierre Méguérian Ernest Hajos Décors Claude Bouxin Son Jean Lecoq Production Para Films Interprétation Fernand Gravey (Henri) Mireille Balin (Marcelle) Max Dearly (M. Maubert) Madeleine Guitty (Mme Pichu) Pierre Larquey (Jules) Christian Argentin (Sicaud) Pierre Darteuil (Villiers) Charles Deschamps (Sainclair)  

Henri, un jeune ouvrier inventif et ambitieux, répète à tous vents que, s’il était le patron, on verrait ce qu’on verrait. Un des principaux actionnaires de l’usine le prend au mot…

« Pourquoi, comment résumer une histoire pas si saugrenue ni si innocente qu’il y paraît : elle dynamite mine de rien les rapports sociaux, en laissant Billancourt espérer. Les congés payés ne sont plus loin : la morale subversive de Si j’étais le patron a dû jouer son rôle dans ce bonhomme de chemin. »
Bernard Chardère, Le Cinéma de Jacques Prévert, Le Castor Astral 2001