Peut-être demain

Judit Elek

16 mm (gonflé en 35 mm) — Eastmancolor — 105 min — 1979 — V.O. traduction simultanée

Titre original Holnap, majd holnap Scénario György Petho Prises de vue Elmer Ragalyi Décors Tamas Banovich Son Karoly Peller Montage Zsuzsa Kondor Distribution Hungarofilm Production Studio Hunnia / Mafilm Interprétation

Judit Meszlery (Eszter), Andor Lukats (Istvan), Istvan Szoke (le mari d’Eszter), Eszter Szakacs (la femme d’Istvan), Istvan Novak, Hedi Temessy, Erzsi Gaal, Bela Vajda, Ildiko Dobos

Eszter et Istvan travaillent tous les deux dans une manufacture de porcelaine. Ils ont entre 35 et 40 ans. Ils se rencontrent quotidiennement dans un appartement loué et s’aiment passionnément. Mais chacun d’eux est lié par mille liens indissolubles à son conjoint et à sa famille. Ils n’ont aucune raison de mentir et chacun sait à quoi s’en tenir. Mais le danger d’explosion est constant, car si quelqu’un n’observe pas les règles du jeu, tout cet édifice délicat s’écroulera. Une solution inattendue se présente sous la forme d’une maison villageoise héritée par Istvan de l’une de ses tantes. Il se rend sur place, suivi bientôt par Eszter. Ils pourraient peut-être tout recommencer dans ce cadre, repartir ensemble à zéro ? Mais les possibilités et les intentions s’enchevêtrent inextricablement. Istvan et Eszter découvrent avec surprise la vie des parents d’Istvan qui habitent le village. Ces gens, qui sont très proches les uns des autres et enfermés, sont incapables de réussir leur vie, que ce soit ensemble ou séparément. La conséquence de cette vie en commun, plus ou moins forcée, est double : Alors que leurs possibilités d’agir sont très réduites, leur liberté d’expression ne connaît pas de limites. Istvan et Eszter découvrent des profondeurs de sentiments, des griefs et des refoulements effrayants, et il y a même des échanges de coups de fusils… mais la tragédie épargne les personnages et se transforme même en situation ironique libératrice. Une séparation et la maison récemment héritée par Istvan pourraient encore les aider… C’est Eszter qui repart d’abord, puis Istvan. Et en apparence, tout recommence : c’est de nouveau la famille, l’appartement de location, le cercle vicieux de l’amour, de l’incapacité de choisir, de la volonté de ménager tout le monde… Mais à présent, Eszter et Istvan savent qu’ils devront prendre une décision… Demain… peut-être demain…