L’Homme à la caméra

Dziga Vertov

URSS — documentaire — 1929 — 1h10 — noir et blanc — muet — intertitres russes sous-titrés en français

Titre original Tchelovek s kino-apparatom Scénario Dziga Vertov Image Mikhaïl Kaufman Montage Dziga Vertov, Elizaveta Svilova Production VUFKU  Source version restaurée du Eye en collaboration avec Lobster Films Interprétation

Mikhail Kaufman

Dans ce film sans acteur, le cinéaste russe parcourt un espace quotidien qu’il transfigure et réinvente en un chef-d’œuvre inoubliable.
L’homme à la caméra parcourt en toute liberté la vie quotidienne d’une grande cité soviétique tout en inventant un langage filmique.

« Que faire aujourd’hui d’un film comme L’Homme à la caméra ? L’admirer, en goûter les beautés et les étranges fulgurances, l’étudier comme un “classique” ? Sans doute – et ce ne serait déjà pas si mal. Mais ce serait si peu. Si peu au regard de l’ambition du film. Qui était d’être – une Genèse cinématographique du monde nouveau, rien de moins ! Désir absolu d’un cinéma total ! Cinéma comme équation définitive du temps et de l’espace ! De l’individu et de la masse ! Du rêve et de la réalité ! (…) Voilà un film qui s’est vraiment pensé comme révolutionnaire. Qui l’a été. Qui a bouleversé les conceptions du cinéma en vigueur en son temps. Qui a fait le tour du monde en quelques mois. Qui a influencé d’autres cinéastes, qui a suscité des imitations, des rejets. Des passions, des colères. » Jean-Louis Comolli, Vertiges de l’œil, CRAC, Valence, 1994