Fast-Walking

James B. Harris

35 mm — couleurs — 115 mn — 1981

Scénario James B. Harris, d’après le roman de Ernest Brawley The Rap Images King Baggot Musique Lalo Schifrin Décors Richard Haman Montage Douglas Stewart Production James B. Harris Source James B. Harris Interprétation

James Woods (Fast Walking Miniver), Tim Mclntire (Wasco), Kay Lenz (Moke), Robert Hooks (William Galliot), Emmet Walsh (Sergent Sanger), Timothy Agoglia Carey (Bullet), Susan Tyrrell (Evie), Charles Welson (Jackson), John Friedrich (Squeeze), Sandy Ward (Warden Riker), Lance Le Gault (Lieutenant Barnes), Deborah White (Elaine)

L’existence tranquille de Fast Walking prend une tournure nouvelle lorsque Wasco lui fait part d’un projet secret d’assassinat de Galliot, le leader noir récemment emprisonné. Le but de Wasco est de créer des tensions parmi les prisonniers afin qu’au moment où l’émeute inévitable éclate, un coup de feu « accidentel » tue Galliot. Wasco tente de convaincre Fast Walking, tireur d’élite reconnu, que sa participation au complot est indispensable. Il recourt aux services de son amie Moke qui entreprend de séduire son cousin. Pour compromettre davantage Fast Walking et lui forcer la main, Wasco fait intervenir sa soeur, tenancière d’une maison de passe pour travailleurs immigrés, chez qui Fast Walking travaille de temps en temps. Sa vie se complique encore lorsqu’il est appelé à participer à un autre complot vis-à-vis de Galliot, qui vise cette fois-ci, à le faire évader. Ce nouvel aspect du problème Galliot lui plaît davantage. Pour l’évasion, il est en contact avec Elaine, la petite amie de Galliot, et Jackson, un gardien noir. L’heure respective de l’assassinat et de l’évasion coïncide…