Mrinal Sen

Cinéaste, Inde

Né en 1923 à l’est du Bengale (aujourd’hui Bangladesh). Il tâte d’abord de la critique, écrit en ben-gali un livre sur Chaplin puis, à partir de 1955, devient cinéaste. Il a acquis une bonne formation politique, ayant milité dès ses années d’étudiant dans la gauche marxiste. Sa carrière de cinéaste, contrairement à celle de Satyajit Ray, est d’abord « incertaine, changeante, désespérée ». Ses premiers films, qui tentent de s’intégrer dans le cadre du cinéma commercial bengali, sont des échecs sur tous les plans. Les Nuages dans le ciel (Akash Kusum, 1965), son premier film vraiment important, raconte l’histoire d’un rêveur désespéré qui tente de rompre les barrières de classe par le moyen du mariage. Avec Mr. Shome (Bhuvan Shome, 1969), produit grâce à un prêt de la Film Finance Corporation, il frappe le coup d’envoi de la « nou-velle vague » indienne. Ce film sur l’irrespect (un cadre de la compagnie des chemins de fer découvre la nature, l’humour, la vie) se veut « une gifle appliquée à la face du système ». A la fois gauchiste et avant-gardiste (son goût pour les recher-ches formelles), il s’impose comme le provocateur le plus radical du cinéma italien. Sa fougue, qui ne craint pas la démesure, vise à déranger le spectateur. Il consacre à la métropole du Bengale la « trilogie de Calcutta » : Interview (Interview, 1970), Calcutta 71 (Calcutta 71, 1972), Le Fan-tassin (Padatik, 1973), oeuvre politique influencée par Brecht et Godard, et consacrée aux problèmes du chômage, de la misère et du gauchisme. Une histoire inachevée (Ek Adhuri Kahani, 1971) évoque la répression des grèves dans les usines sucriè-res du Bihar à la fin des années vingt. Ses films suivants, qui se concentrent sur la question de la misère, qu’il montre sans fard mais non sans humour, et qui manifestent l’approfondissement progressif de sa réflexion sur le cinéma, lui permettent d’acquérir une position internationale. Le Choeur (Chorus, 1974) dénonce, par le biais de l’apologue, l’exploitation du prolétariat urbain. La Chasse royale (Mrigaya, 1976), son premier film en couleurs, est une fable amère sur les sévices de la colonisation britannique. Les Marginaux (Oka Oorie Katha, 1977), en langue telugu, peint le sort inhumain des paysans écrasés par un système encore féodal. L’homme à la hache (Parasuram, 1978) raconte l’histoire d’un de ces paysans dému-nis qui quittent leur village et rencontrent à Calcutta une misère encore plus atroce. Un jour comme un autre (Ek Din Pratidin, 1979) dénonce l’hypocrisie de la petite bourgeoisie de Calcutta. A la recherche de la famine (Akaler Sandhane, 1980) raconte les problèmes soulevés par le tournage d’un film sur la grande famine de 1943. Le Kaléidoscope (Chaalchira, 1981), sur l’ambition d’un journaliste sérieux de faire un reportage sen-sationnel, est aussi une mise en question de l’éthique de l’image. Affaire classée (Kharij, 1982) revient, à propos de la mort suspecte d’un domestique, sur la lâcheté et l’hypocrisie des classes moyennes. Ces derniers films, moins directement politiques, sont des oeuvres de réflexion et d’autocritique. La Rochelle lui a consacré un hommage en 1982.

Filmographie

1955 – L’Aurore (Raat Bore) / bengali. 1959 – Sous le ciel bleu (Neel Akasher Nee-chey) / bengali. 1960 – Jour de mariage (Baishey Shravana) / bengali. 1961 – C’est à nouveau fini (Punasha) / bengali. 1962 – Et à la fin (Abasheshey) / bengali. 1964 – Le Représentant (Pratinidhi) / bengali. 1965 – Rêve de jour (Akash Kusum) / bengali. 1966 – Deux frères (Matira Manisha) / oriya. 1968 – Mr Shome (Bhuvan Shome) / hindi. 1970 – Le désir de réussir (Ichapuran) / hindi, bengali. 1970 – Interview / bengali. 1971 – Une histoire non terminée (Ek Adhuri Kahani) / hindi. 1972 – Calcutta 71 / bengali. 1973 – Le Fantassin (Pa datik) / bengali. 1974 – Le Choeur / bengali. 1976 – La Chasse Royale (Mrigayaa) / hindi. 1977 – Les Marginaux (Oka Oorie Katha) / telugu. 1978 – L’homme à la hache (Parashuram) / bengali. 1979 – Un jour comme un autre (Ekdin Pratidin) / bengali. 1980 – A la recherche de la famine (Akaler Sandhane) / bengali. 1981 – Kaléidoscope (Chaalchitra) / bengali. 1982 – Le cas est clos (Kharij) / bengali.