Le Samouraï

Jean-Pierre Melville

Italie /France — fiction — 1967 — 1h45 — couleur

Scénario Jean-Pierre Melville, Georges Pellegrin Image Henri Decaë Musique François de Roubaix Montage Monique Bonnot, Yolande Maurette Production CICC, Fida Cinematografica, Filmel, TC Productions Source Pathé Interprétation

Alain Delon, François Périer, Nathalie Delon, Cathy Rosier, Jacques Leroy

Jef Costello, dit le Samouraï, est tueur à gages. Alors qu’il vient de liquider le patron d’une boîte de nuit, il croise la pianiste du club, Valérie. Pourtant, lorsqu’il est suspecté du meurtre par le commissaire chargé de l’enquête, la pianiste le couvre et feint ne pas le reconnaître. Une fois relâché, le Samouraï cherche à comprendre.

« En 1967, François de Roubaix n’a à son actif que deux films importants, Les Grandes Gueules et Les Aventuriers. Deux films signés Robert Enrico. À l’écoute des musiques, Melville saisit toutes les qualités du travail orchestral conduit par le jeune compositeur. La bande originale du Samouraï est l’une des œuvres les plus classiques de François de Roubaix. Pas de bruitages, pas de synthétiseurs, rien que des instruments classiques : orchestre à cordes, vibraphone, orgue accordéon, flûte, trompette, piano. Dans le film cohabitent deux univers qui se repoussent : la solitude du tueur à gages incarnée par Alain Delon et le monde de la nuit, son milieu, ses combines et son atmosphère si particulière. Il en est de même pour la musique. »

Ch. Geudin et B. Cachin, Cadence info, octobre 2014