Rude Journée pour la reine

René Allio

35 mm — Eastmancolor — 1 h 44 — 1973

Scénario René Allio (et Bernard Chartreux, Janine Peyre, Janine Pszonak, Olivier Perrier, André Viola). Prises de vue Denys Clerval Musique Philippe Arthuys (et Massenet, Delibes…) Décors Christine Laurent, Françoise Darné Montage Sylvie Blanc Production Polsim-Prod, Paris / Citel-Films, Genève / ORTF Distribution N.E.F. Interprétation

Simone Signoret (Jeanne), Jacques Devary (Albert), Olivier Perrier (Julien), Orane Demazis (Catherine), Christiane Rorato (Mathilde), Alice Reichen (Rose), André Valtier, Michel Peyrelon, Arlette Chosson, Denise Bonal, Pierre Leomy, Abdellah Badis, Giancarlo Pannese, Gérard Depardieu, Tanya Lopert, Gabriel Cattand

Jeanne est femme de ménage. Elle vit à Aubervillers avec Albert, qui est veilleur de nuit (ils sont « en ménage » depuis longtemps), ses vieux parents et la vieille mère d’Albert. Julien, le fils d’Albert, a fait un enfant à Annie Thouars la fille (mineure) des patrons d’un grand café-tabac. Les deux familles sont fâchées et voilà que Julien écope d’un an de prison pour une bêtise. Albert, irascible, tyrannique, ne veut plus entendre parler de son fils. Il interdit qu’on lui écrire. Julien sort de prison, décidé à enlever Annie et son bébé. Il vient trouver Jeanne en cachette. Il lui demande de l’aider. Pendant toute une journée, Jeanne s’active. Elle doit remettre, sans se faire voir, une lettre de Julien à Annie.