Regards et sourires

Ken Loach

35 mm — N et B — 104 mn — 1981

Titre original Looks and Smiles Scénario Barry Hines Images Chris Menges Décors Jeremy Gee Montage Steve Singleton Production Black Lion Films/Kestrel Films/MK2 (Paris) Prix du Cinéma contemporain au Festival de Cannes (1981) Sortie Paris 9 septembre 1981 Interprétation

Graham Green (Mick Walsh), Carolyn Nicholson (Karen Lodge), Phil Askham (Mr. Walsh), Pam Darrell (Mine Walsh), Tony Pitts (Alan Wright), Patti Nichols (Mme Wright), Stuart Golland (Mr. Wright), Arthur Davis (Mr. Lodge), Cilla Mason (Mine Lodge)

Mick, Alan et Karen ont 16 et 17 ans. Ils habitent Sheffield, ancienne capitale de l’acier. Mick Walsh vient de quitter l’école et cherche du travail comme apprenti. Il n’aurait pas pu choisir un pire moment, car le pays passe par une dépression économique profonde. Les usines ferment. Il n’y a pas d’embauche. Alan est le meilleur ami de Mick. Il sort du même collège technique et se trouve dans une situation identique. Par désespoir, ils décident de s’engager ensemble dans l’armée, mais les parents de Mick s’y opposent. Pendant leur dernière « virée », la veille du départ d’Alan, Mick rencontre Karen dans une discothèque. Entre les deux jeunes gens commence une relation difficile où leurs problèmes sociaux et sentimentaux se mêlent. Karen qui, elle, travaille comme vendeuse, n’est pas heureuse. Les difficultés matérielles ont séparé ses parents. Elle vit avec sa mère divorcée, supporte mal les amants de celle-ci et regrette l’absence du père. Alan vient en permission, transformé en brute par l’armée ; les poches pleines d’argent, se vantant de « ses exploits » en Irlande du Nord. L’échec de Mick le conduira doucement à la petite délinquance. Karen partira à la recherche de son père et le trouvera dans une autre ville, ayant créé un autre foyer. Le film est l’histoire de leur espoir et de leur désespoir, de leurs rêves et de leurs sentiments détruits.