Morgan

Karel Reisz

1966 — Grande-Bretagne — 35 mm — N et B — 97 mn. — V.O.S.T.F.

Titre original Morgan, a Suitable Case for Treatment Scénario David Mercer Prises de vue Larry Pizer, Gerry Turpin Montage Victor Proctor, Tom Priestley Musique John Dankworth Production Quintra Productions, British Lion Films. Distribution C.F.D.C., Paris Interprétation

Vanessa Redgrave (Leonie Delt), David Warner (Morgan Delt), Robert Stephens (Charles Napier), Irène Handi (Mrs Delt), Newton Blick (Mr Henderson), Nan Munro (Mrs Henderson)

Né de parents pauvres, militants communistes, Morgan, peintre de talent, a épousé une jeune fille riche. Morgan est un bohème et cède à toutes ses impulsions. Lassée, Léonie décide de divorcer pour épouser Charles. Morgan ne se résigne pas ; quoique son charme ne soit pas sans action sur Léonie, elle ne veut pas céder. Morgan alors tente d’empêcher Charles de s’installer. Il dépose un squelette dans le lit, puis un détonateur, fait résonner des bandes magnétiques, dessine des faucilles et des marteaux. En désespoir de cause il enlève son ex-femme. Si elle cède à ses charmes, elle n’en maintient pas moins sa décision. Morgan se retrouve en prison. Libéré, il se déguise en orang-outang, enlève Léonie le jour où elle épouse Charles – et finit à l’asile. Jardinier soigneux, ses massifs sont des faucilles et des marteaux, Léonie enceinte vient le voir. L’enfant est de lui. Heureux, il continue à planter ses fleurs.