More, More, More

Wallace Potts

16 mm — couleurs — 1 h 30 — Etats-Unis — 1976

Mettre surtout en relief l’homosexualité masculine contenue dans le film, c’est privilégier un détail pour négliger devoir l’essentiel. Pour Wallace Potts, s’il est évident que le désir, comme l’amour, n’a pas de sexe, il a plusieurs expressions… More, more, more n’est pas l’apologie d’une forme particulière de sexualité ; c’est la force extraordinaire, dynamique, irrésistible de ce film.