Mandy

Alexander Mackendrick

Grande-Bretagne — fiction — 1952 — 1h33 — noir et blanc — vostf

Scénario Nigel Balchin, Jack Whittingham IMAGE Douglas Slocombe Musique William Alwyn MONTAGE Seth Holt Production Ealing Studios Source Tamasa Distribution Interprétation

Phyllis Calvert, Jack Hawkins, Terence Morgan, Jane Asher, Godfrey Tearle, Mandy Miller, Marjorie Fielding, Nancy Price, Edward Chapman, Patricia Plunkett

Mandy, sourde à sa naissance, est tiraillée entre ses parents qui ne sont pas d’accord sur l’éducation à lui donner. Sa mère l’inscrit dans une institution spécialisée où un professeur la convainc que, grâce à ses méthodes, Mandy pourra peu à peu apprendre à parler. Jaloux du professeur, le père retire l’enfant de l’institution…

« Il y a dans le film une dizaine de minutes qui touchent au sublime. En particulier la scène où la fillette prend pour la première fois conscience de l’existence des sons et de leurs rapports avec sa gorge et ses lèvres, par le truchement des vibrations d’un ballon de baudruche. Mackendrick y rend en quelque sorte physiquement sensible un évènement spirituel, il nous le fait toucher du doigt comme Mandy elle-même touche le son qui fait battre la fine membrane de caoutchouc. »

André Bazin, Radio Cinéma Télévision, 1er  mars 1953