L’Homme au complet blanc

Alexander Mackendrick

Grande-Bretagne — fiction — 1951 — 1h25 — noir et blanc — vostf

Titre original The Man in the White Suit Scénario John Dighton, Roger MacDougall IMAGE Douglas Slocombe Musique Benjamin Frankel MONTAGE Bernard Gribble Production Ealing Studios Source Tamasa Distribution Interprétation

Alec Guinness, Joan Greenwood, Cecil Parker, Michael Gough, Ernest Thesiger, Howard Marion-Crawford, Duncan Lamont, Vida Hope

Sidney Stratton, ingénieur chimiste, met au point un textile révolutionnaire : insalissable et inusable. Les patrons de la filière textile, qui craignent d’y laisser des plumes, s’opposent farouchement à la réussite de ce projet. Et de leur côté, les syndicats, qui redoutent des licenciements massifs, se liguent contre lui. La belle invention de Stratton déchaîne les passions…

« L’Homme au complet blanc est un film à thèse à la mode anglaise où l’humour occupe une place prépondérante. Le film est alors une satire amère des “beaux sentiments” sociaux. La vertu explosive de l’humour trouve ici un terrain de prédilection pour s’exercer : toutes les valeurs sociales se trouvent balayées par l’apparition de Sidney Stratton, l’inventeur de la machine à ruiner l’industrie. L’absurdité des théories sociales modernes, et en particulier du capitalisme, éclate aux yeux de tous. »

Radio Curé, 6  mai 1956