Gosses de Tokyo

Yasujirō Ozu

Japon — 1932 — 1h30 — fiction — noir et blanc — muet avec intertitres français

Titre original Otona No Miru Ehon - Umarete Wa Mita Keredo SCÉNARIO AKIRA FUSHIMI, GEIBEI IBUSHIYA IMAGE HIDEO SHIGEHARA MUSIQUE DONALD SOSIN MONTAGE HIDEO SHIGEHARA PRODUCTION SHOCHIKU SOURCE CARLOTTA FILMS INTERPRÉTATION TATSUO SAITÔ, TOMIO AOKI, MITSUKO YOSHIKAWA, HIDEO SUGAWARA, TAKESHI SAKAMOTO

Les enfants d’un employé de bureau entament une grève de la faim le jour où ils découvrent que leur père, afin d’être bien vu, se conduit en véritable laquais devant son patron.

« Ce film charnière, où Ozu n’est pas encore Ozu mais le devient, est avant tout un mélodrame social extrêmement touchant doublé d’un aspect franchement comique dont le cinéma néoréaliste italien a donné les seuls exemples comparables. […] Dans Gosses de Tokyo, la thématique du cinéma d’Ozu est en place, la chaleur de ses personnages, mais ce qui fera l’essence de son art est encore absent. Ozu est autant un auteur de films que le créateur d’une œuvre et la fascination de ses films de maturité tient à la répétition systématiques d’images, à la récurrence des thèmes, à la mise en place, enfin, d’un dispositif qui le fait renouer avec ce qu’il y a de plus haut dans l’art oriental : cette capacité par la répétition d’images identiques, de séquences identiques à aiguiser nos sens jusqu’à ce que nous soyons réceptifs à la plus infime variation, à la plus délicate rupture d’un ordre parfait. […] Ozu fabrique avec science le vide de manière à nous bouleverser par la subtilité d’un détail. »

Olivier Assayas, Cahiers du cinéma, n° 319, janvier 1981

Séances

  • VE mer. 30.06 14:00 Ciné-concert : Jacques Cambra (piano)
  • SB sam. 03.07 14:00 Ciné-concert : Jacques Cambra (piano) En présence de : Alain Bergala (critique)