Gentleman Jim

Raoul Walsh

États-Unis — fiction — 1942 — 1h44 — 35mm — noir et blanc — vostf 

Scénario Vincent Lawrence, Horace McCoy d’après l’autobiographie de James J. Corbett « The Roar of the Crowd » Image Sid Hickox Musique Heinz Roemheld Montage Jack Killifer Son C.A. Riggs Production Warner Bros. Source Théâtre du Temple, Cinémathèque de la Ville de Luxembourg Interprétation

Errol Flynn (James J. Corbett), Alexis Smith (Victoria Ware), Jack Carson (Walter Lowrie), Alan Hale (Pat Corbett), John Loder (Carlton De Witt), William Frawley (Billy Delaney), Minor Watson (Buck Ware), Ward Bond (John L. Sullivan)

San Francisco, 1880. Petit employé de banque, James J. Corbett ne désespère pas de devenir célèbre un jour. Boxeur émérite et rusé, il intègre le Club olympique et devient bientôt un champion que les foules acclament sous le nom de Gentleman Jim. Cet arrivisme désinvolte agace la jolie Victoria…

« Étourdissante virtuosité d’une mise en scène capable de présenter, par exemple, plusieurs combats de boxe non seulement sans lasser, ce qui est déjà bien beau, mais, ce qui est miraculeux, sans répéter aucun de ses effets, en trouvant chaque fois des gags neufs, une façon originale de composer les séquences en en modifiant les élans, les rebondissements et le suspense. » Jean-Louis Bory, Arts, 22 septembre 1965