La Femme divine

Victor Sjöström

États-Unis — fiction — 1928 — extrait de 9mn — 35mm — noir et blanc — intertitres anglais — vostf

Titre original A Divine Woman Scénario Dorothy Farnum d’après la pièce Starlight de Gladys Unger Image Oliver Marsh Montage Conrad A. Nervig DÉCORS Cedric Gibbons, Arnold Gillespie Production MGM Source Photoplay Productions Interprétation Greta Garbo (Marianne) Lars HanSon (Lucien) Lowell Sherman (Legrand) Polly Moran (la blanchisseuse)

Fuyant les avances d’un ancien amant de sa mère, Marianne se lie avec un soldat, Lucien.Mais celui-ci doit rejoindre son régiment. Marianne rencontre alors Legrand, homme de théâtre qui va faire d’elle une vedette…

« Que tous ceux qui clament inconsidérément qu’il n’y a plus d’acteurs de cinéma, aillent voir Greta Garbo et Lars Hanson dans La Femme divine. Que ceux qui prétendent que Garbo ne joue pas, qu’elle n’est qu’une jolie femme, très séduisante, y aillent également. »
Harriette Underhill, New York Herald Tribune, 1928

« La Suède comptait deux grand réalisateurs: Stiller et Sjöström. La MGM s’est emparé des deux mais a perdu Stiller, faute de savoir le ménager. Sjöström, rebaptisé Seastrom outre- Atlantique, a écrit et réalisé ce film sans doute brillant. Mais nous n’en aurons jamais le coeur net puisque l’original a été détruit dans une explosion accidentelle en 1965. D’après la publicité, le film était inspiré de la vie de Sarah Bernhardt,  la « divine Sarah ». Le titre a été maintenu, l’intrigue modifiée. Il y est cependant largement question de gens de théâtre, notamment de producteurs contestant l’autorité de Marianne, la vedette : ironique écho à la situation de Garbo avec la MGM. Les vestiges du film nous révèlent Garbo dans toute sa  splendeur lors d’une scène d’amour avec Lars Hanson en soldat français partant pour le front. Cette bobine est une perle rare car elle nous donne un aperçu envoûtant d’une Garbo inédite, lascive et mutine, simplement et franchement sexuelle. » Kevin Brownlow