Daïnah la métisse

Jean Grémillon

35 mm — 90 mn réduit à 60 mn — N. & B. — 1931

Scénario Charles Spaak, d’après une nouvelle de Pierre Daye Images Georges Périnal et Louis Page Décors Jacques Lafitte Production Gaumont-Franco-Film-Aubert Interprétation

Charles Vanel, Laurence Clavius, Habib Benglia, Gaston Dubosc, Lucien Gérard, Gabrielle Fontan

Sur un paquebot en route pour la Nouvelle-Calédonie, une jeune et belle métisse mariée à un médecin noir, est entourée d’une cour de jeunes gens blancs qui proposent d’organiser un bal masqué ; elle accepte mais au cours de la soirée, elle s’enfuit après une danse endiablée et solitaire, sous le regard réprobateur des passagers. Fuyant la sol-licitude de son mari, elle se réfugie sur le pont, où un ouvrier sortant de la salle des machines l’aborde. Mais la rencontre tourne mal et Daïnah le mord à l’épaule pour se dégager. Le lendemain, elle le reconnaît. Terrifiée, elle s’alite mais la nuit venue, elle remonte le pont où l’attend l’ouvrier qui se venge en la jetant par dessus bord. Ayant constaté la disparition de la jeune femme, le commandant de bord mène l’enquête et malgré les indices qui désignent l’ouvrier, il soupçonne le mari qui, indigné, décide de se faire justice lui-même : il pousse l’ouvrier dans le vide du haut de la salle des machines.