Annouchka

Boris Barnet

35 mm — noir et blanc — 1 h 29 — 1959

Titre original Annuska Scénario E. Sevela. Images V. Masevic. Musique J. Birjukov. Décors A. Verger. Production Mosfil’m Interprétation

I. Skobceva (Annouchka), A. Gcorgievskaja (Polina Sergeevna). B. Babockin (Ivan Ivanovic), G. Tokavera, L. Baragkov, E. Marcevi, O. Aroseva

Il s’agit du destin d’une femme russe qui subit toutes les souffrances de la Seconde Guerre Mondiale, en élevant et éduquant ses enfants dans des conditions difficiles. Juin 1941. Annouchka, heureuse, se promène avec ses jeunes enfants, sans soupçonner le malheur qui va s’abattre sur la patrie, sur sa famille. Des explosions de bombes larguées par les avions nazis ont secoué sa ville natale. Il faut fuir. Sous le grondement des bombardements, Annouchka donne naissance à une fille, sur la route. Le soldat qui la prend en charge l’appelle Grenade. Puis elle rencontre un convoi qui se dirige vers l’arrière ; la vie reprend ; elle travaille dans un kolhoze. Annouchka y apprend la mort héroïque de son mari. Elle revient dans sa ville natale, détruite. La misère. Le vieux Ivan Ivanovitch, chef d’équipe sur un chantier avec lequel travaillait avant la guerre le mari d’Annouchka, lui trouve une place dans l’équipe des plâtriers. Les années passent. Les plaies de la ville se cicatrisent. Les enfants d’Annouchka sont devenus des adultes : Sacha est un des meilleurs chauf-feurs du chantier ; Nina, qui a vécu un amour difficile, s’est mariée et est devenue mère ;Grenade étudie. Annouchka a vieilli, mais, comme jadis, participe activement à la construction d’une nouvelle vie.