Yaaba

Idrissa Ouedraogo

Burkina Faso/France/Suisse — 35 mm — 90m — couleurs — 1988

Scénario Idrissa Ouedraogo Images Matthias Kâlin Musique Francis Bebey Montage Loredana Cristelli Production Arcadia Films (Paris), Thelma Films (Zürich), Les films de l’Avenir (Ouagadougou), Télévision Suisse Romande, Zweites Deutsches Fernsehen, la SEPT Source Pari Films, 18, rue Vignon, 75009 Paris Interprétation

Fatimata Sanga, Noufou Ouedraogo, Roukietou Barry, Adam Ouedraogo, Amadé Touré, Sibidou Ouedraogo, Adama Sibidé

Yaaba signifie, en langue mooré, grand-mère. Yaaba, c’est aussi le nom que donne Bila, un garçon de douze ans, à Sana, une vieille femme aban-donnée et rejetée par tout un village. Yaaba, c’est surtout l’histoire d’une amitié qui naît et grandit entre deux êtres dans une société villageoise primitive, où nous découvrons l’homme tel qu’il est,
bon, méchant, généreux, intolérant. Yaaba a comme point de départ le souvenir d’un conte de mon enfance, et d’une forme d’éducation nocturne que l’on acquiert chez nous entre sept et dix ans, juste avant de s’endormir, quand on a la chance d’avoir une grand-mère. (Idrissa Ouedraogo)