Printemps précoce

Xie Tieli

35 mm — couleurs — 120 mn — 1963 — VOSTF

Titre original Zaochun eryue Scénario Lin Lan d’après la nouvelle Février de Rou Shi Images Li Wenhua Musique Jiang Dingxian Décors Chi Ning, Xiao Bin Montage Qi Yuling Son Fu Yingjie Production Studio de Pékin Interprétation

Sun Daolin (Xiao Jianqiu), Xie Fang (Tao Lan), Shangguan Yunzhu (Wensao), Gao Bo (Tao Mukan), Fan Xuepeng (Madame Tao), Wang Pei (Qian Zhengxing), Liu Zhao (Fang Mou), Ma Jia (Cai Lian), Zhang Jun (Wang Fusheng), Huang Suying (grand-mère Chen), Han Yan (le docteur), Zhou Senguan, Yu Ping

L’action se passe dans les années 20, alors que l’ancienne Chine se trouve dans une époque sombre et troublée. L’intellectuel Xiao Jianqiu, qui s’ennuie, tout seul et vit dans l’indécision, en refusant de s’intégrer à la société, arrive au bourg Furong qu’il considère comme un petit paradis, à l’abri du monde. Instituteur dans un lycée, il croit que l’enseignement qu’il.y prodigue pourra aider à sauver la Chine. Dans ce bourg, vit une brave et pauvre veuve —Wensao. Son mari était un camarade d’école de Xiao qui, enrôlé dans l’armée révolutionnaire, a donné sa vie dans un combat. Plein de compassion pour Wensao, Xiao se charge de subvenir aux besoins de la famille de celle-ci. Son comportement intègre et juste touche profondément Tao Lan, la soeur du directeur du lycée. Les deux jeunes gens s’aiment. Tous deux s’occupent de l’enseignement avec zèle et ardeur. Ils discutent ensemble politique, et apportent leur soutien à Wensao… Ainsi le bourg connaît-il une nouvelle animation. Cependant, l’ancienne société est profondément malade. L’enthousiasme et la sincérité dont témoigne Xiao sont rapidement attaqués par les calomnies, les accusations et les offenses. Wensao, qui se trouve dans une situation difficile, se voit encore plus atteinte. Xiao décide alors d’abandonner celle qu’il aime et de se marier avec Wensao pour améliorer son sort. De son côté, Tao Lan souffre beaucoup de cette décision qu’elle comprend cependant… Mais des rumeurs circulent sans cesse dans le bourg. Sa vie devenant insupportable, Wensao finit par se suicider. Cette nouvelle frappe fortement Xiao et lui ouvre les yeux : c’est la société même qui a contraint Wensao à se donner la mort, cette même société qui ensuite loue sa fidélité. Que cette société est donc corrompue et haïssable ! Ce bourg n’est pas un paradis, il fait partie de toute une société décadente. Xiao ne peut plus rester. Il lui faut se lancer désormais dans les luttes de l’époque, résister et combattre. Il part. Après avoir lu la lettre qu’il lui a laissée, Tao Lan, part à son tour, sans hésiter, le rejoindre.