Portier de nuit

Liliana Cavani

Italie — fiction — 1974 — 1h58 — numérique — couleur — vostf

Titre original Il Portiere di notte Scénario Balbara Alberti, Liliana Cavani, Italo Moscati, Amedeo Pagani Image Alfio Contini Musique Daniele Paris Montage Franco Arcalli Son Eugenio Rondani, Decio Trani Production Lotar Films, Ital-Noleggio Cinematografico Source Wild Side Films, Le Pacte Interprétation

Dirk Bogarde (Max), Charlotte Rampling (Lucia), Philippe Leroy (Klaus), Gabriele Ferzetti (Hans), Giuseppe Addobbati (Stumm), Nino Bignamini (Adolph)

Vienne, 1957. Max, un ancien officier SS, est portier de nuit dans un grand hôtel. Il se retrouve un jour face à Lucia, l’épouse d’un chef d’orchestre, un fantôme de son passé. Pendant la guerre, Max a entretenu avec Lucia, prisonnière dans un camp de concentration, une passion sadomasochiste. Irrésistiblement attirés l’un par l’autre, tous deux finissent par renouer leur liaison. Ceci n’est pas du goût des anciens compagnons nazis de Max, qui, désireux de se décharger de leur culpabilité, entendent exécuter tous les témoins de leurs actions pendant la guerre…

« Je n’ai pas voulu faire un film prophétique. Mes personnages ne sont pas des schémas signifiant didactiquement des choses exemplaires, correspondant à une réalité ou une dialectique réfé rentielles. J’ai raconté une histoire avec des personnages ambigus, afin de mettre le spectateur mal à l’aise. Je n’ai jamais prétendu avoir fait un film politique. Les films politiques sont trop rassurants, car on y renvoie toujours le spectateur à un patrimoine du passé. Mais les assassins sont parmi nous, et leur aspect n’est pas monstrueux. On se croit une génération privilégiée, on se croit plus beaux que les autres. » Liliana Cavani, Combat, 5 avril 1974