Portes ouvertes

Gianni Amelio

Italie — 1989 — 109 min — 35 mm — couleur

Titre original Porte aperte Scénario : G. Amelio, Vincenzo Cerami, Alessandro Sermoneta, d’après le roman de Leonardo Sciascia Image : Tonino Nardi Musique : Franco Piersanti Montage : Simona Paggi Decors : Franco Velchi, Amedeo Fago Son : Remo Ugolinelli Interpretation : Gian Maria Volonte (Vito Di Francesco), Ennio Fantastichini (Tommaso Scalia), Renzo Giovampietro (le Président Sanna), Renato Carpentieri (Giovanni Consolo), Tuccio Musumeci (Maître Spadafora), Silverio Blasi (le Procureur) Production : Erre Produzioni, Istituto Luce, Urania Film, RAI 2

Palerme, 1937. Tommaso Scalia commet trois meurtres. Avec une froide détermination, il tue d’abord son ex-supérieur qui l’a licencié, puis l’homme qui l’a remplacé à la Confédération Fasciste des Travailleurs et Artistes, et enfin sa femme. A l’ouverture du procès, il dénonce l’injustice dont il a été victime mais réclame le châtiment qui lui est dû : la mort. Tommaso ne peut bénéficier d’aucune circonstance atténuante, et l’issue du procès semble inéluctable. Pourtant le juge suppléant cherche à le sauver, contre l’avis général et celui de l’accusé.