Le Pélican

Gérard Blain

35 mm — Couleurs (Eastmancolor) — 90 mn — 1973

Scénario Gérard Blain, Marie-Hélène Bauret, André De Baecque. Images Daniel Gaudry. Musique Jean-Pierre Sabar. Décors Nicole Rachline. Montage Marie-Aimée Debril, Jean-Philippe Berger (mont. son). Production Cinépol / O.R.T.F. / V.M.P. Distribution N.P.F. Festivals de Berlin (1974), La Rochelle (1974) Interprétation

Gérard Blain (Paul), Dominique Ravix (Isabelle), Daniel Sarky (Cazenave), César Chauveau (Marc à 11 ans), Régis Blain (Marc à 2 ans), Francia Seguy (mère de Paul), Marcel Sandra (père de Paul), Dany Roussel, Jean-Pierre Quoi, Manuèle Couturier, Jean Domachi, Hubert Vallus, Carmen Ceschi, Dodi Gilardi, Hedy Khalifat, Jean-Claude Magne, Josiane Magne

Paul, un musicien, est marié, très heureux père d’un petit garçon de deux ans dont il s’occupe beaucoup. Il doit partir en tournée aux U.S.A. ; on lui propose une « combine » qui devrait lui rapporter gros. Paul hésite, sa femme le pousse à accepter. Ce qu’il fait. Il est pris, condamné à 10 ans de prison. Lorsqu’il sort, il apprend qu’il est déchu de ses droits de paternité, son fils est élevé par le mari de sa femme et celle-ci. Dès lors, Paul n’a plus qu’une idée, revoir son fils sans attendre l’issue d’une procédure longue et hasardeuse. Après avoir été renvoyé brutalement par le beau-père de Marc, Paul, dissimulé derrière le mur d’une propriété voisine, surveille les allées et venues, regarde son fils évoluer dans le jardin. Les vacances terminées, Paul reprend le guet à Paris. Un jour, il enlève Marc pour passer 24 heures avec lui. La police intervient, l’enfant lui est repris alors que certains liens naissaient entre le père et le fils. Plus tard, Paul est, de nouveau, posté devant la demeure de Marc, de loin, il regarde l’enfant.