Peau d’ange

Jean-Louis Daniel

France — 35 mm — couleurs — 80 mn — 1985

Scénario Jean-Louis Daniel et Philippe Setbon Images Richard Andry Musique Philippe Servain Son Jean-Marcel Milan Montage Isabelle Rathery Décors Denise Cohen Production Danièle Molko pour Zora Production Interprétation

Robin Renucci (Milo), Alexandra Stewart (Helena), Véronique Delbourg (Angélina), Jean-Paul Muel (Alexandre)

A partir d’un événement, somme toute, assez peu commun, d’un homme qui se serait pendu, après avoir assisté à la trahison de la femme qu’il aime, Jean-Louis Daniel nous plonge dans un monde charnière entre le réel et l’imaginaire, sans qu’on sache vraiment très bien, tout au long du film, de quel côté du miroir on se trouve. La culpabilité est trop forte dans la vie d’Héléna pour qu’à un moment ou à un autre, consciemment ou inconsciemment, n’intervienne pas la nécessité d’une expiation… Et elle arrive sous les traits d’un jeune homme, Milo, qui, sous prétexte d’entrer au service d’Héléna, comme secrétaire particulier, à revêtu l’habit de l’archange justicier et le masque du pendu. Dès son entrée il referme la porte derrière lui et l’interdit à tous ceux qui vivent dans l’entourage d’Héléna : l’amant de service, fade à souhait — l’infirmière aux piqûres libé-ratoires — l’ami qui propose de changer d’air —comme si l’on pouvait échapper dans le plaisir, l’oubli ou la fuite, aux persécutions sournoises de la conscience. Tout se joue désormais à deux et à huis clos. L’enfantement est violent, douloureux dans un univers rouge sang et sombre. L’intervention d’Angelina (« On m’appelle Ange ») qui vient aimer Milo — car seuls les anges s’accouplent entre eux — boucle la boucle. A son tour Héléna connaît la trahison. Mais la rédemption est proche…