Le Pain du boulanger

Erwin Keusch

1976 — R.F.A. — 35 mm — couleurs — 122 mn — V.O.S.T.F.

Titre original Das Brot des Bäckers Scénario Erwin Keusch, Karl Saurer Prises de vue Dietrich Lohmann Montage Lilo Krüger Décors Peter Herrmann, Jiirg Schimdner Musique Condor Production Artus-Film, Z.D.F., R.F.A. Distribution Cactus-Film, Zurich Interprétation

Bernd Tauber (Werner Wild), Günter Lamprecht (Georg Baum), Maria Lucca (Frau Baum), Silvia Reize (Gisela), Anita Lochner (Margot), Manfred Seipold (Kurt)

Une petite ville de province. Werner Wild entre dans le magasin de Georg Baum. Sa décision est prise. Il veut devenir boulanger. Sous la houlette du maître-boulanger Baum, un chaud partisan du pain croustillant, Werner se familiarise rapidement avec les finesses du métier. Ses relations avec les jeunes femmes seront moins sereines. Auprès de Margot, l’atmosphère devient des plus orageuse et la tentative de suicide de Gisèla, vendeuse à la boulangerie Baum, menace de détruire l’unité du petit commerce familial. En outre, pour le boulanger Baum qui n’a qu’un désir, vendre son pain en toute quiétude, se profilent des difficultés économiques toujours plus menaçantes. Ses collègues font faillite ou sont contraint à l’expansion. Et c’est Baum qui en fait les frais. L’établissement d’un nouveau supermarché vient réduire à néant les plans de développement qu’il avait échaffaudés. Baum décide de relever le défi. Il rationnalise, il investit, il se couvre de dettes. Pour les rembourser, il est contraint de travailler à un rythme toujours plus oppressant. Malgré cela, il perd ses vieux clients. Finalement, une nuit, il met à sac la boulangerie du nouveau supermarché. Scandale dans la petite ville. Baum est un homme fini. Son éthique du travail détruite. Pourtant Werner et les fils de Baum, revenus de la ville, réfléchissent aux moyens de maîtriser les difficultés. Werner doit maintenant décider s’il va rejoindre son amie en ville ou, tout simplement, rester.