Le Montreur d’ombres

Arthur Robison

Allemagne — 1923 — 84 min — 35 mm — copie restaurée — noir et blanc

Titre original Schatten Scénario Arthur Robison Rudolf Schneider Image Fritz Arno Wagner Musique Ernest Riege Montage Arthur Robison Rudolf Schneider Décors Albin Grau Production PAN Film Interprétation Fritz Kortner (le mari) Ruth Weyher (l’épouse) Gustav von Wangenheim (l’amant) Alexander Granach Eugen Rex Source Cineteca di Bologna    

Engagé pour animer un dîner, un montreur d’ombres prévient la maîtresse de maison, à travers son spectacle, de ce qui lui arrivera si elle continue à flirter avec l’un de ses invités…

« Grâce à une vigueur exceptionnelle de l’inspiration, les personnages de ce film se délivrent de l’uniformité abstraite imposée par l’expressionnisme. Ils arrivent à les incarner avec une intensité quasi animale : la jeune femme, par exemple, n’est dans chaque mouvement de hanches, dans chaque arrondi de bras, que tentation et promesse – Eve éternelle. »
Lotte H. Eisner, L’écran démoniaque, Ramsay, 1985