John Glückstadt

Ulf Miehe

RFA — 35 mm. Noir et blanc. 1 h 34. Inédit en France. V.O.

Scénario Ulf Miehe, d’après le roman de Theodor Storm Der Doppelgânger (Le Sosie). Images Jürgen Jürges. Production independent Film. Distribution Filmverlag der Autoren (Munich) Interprétation

Dieter Laser, Marie-Christine Barrault, Johannes Schaaf, Dan van Husen, Tilo Prückner

Les années 1960. John sort de prison – la prison de Glückstadt. Il tente vainement de se réintégrer dans la société bourgeoise de sa petite ville natale. Mais on le considère comme un suspect, on l’évite ; puisqu’il a volé une fois, il n’inspire plus confiance, et on ne l’appelle que « John Glückstadt ». Sa femme, qu’il avait rencontré dans des circonstances particulièrement belles, meurt. Plus personne ne veut aider l’homme qui s’est mis à boire. Il part… Tourné en noir et blanc, comme les beaux mélodrames allemands des années 20, qu’il rappelle par plus d’un aspect, remarquablement interprété par Dieter Laser et Marie-Christine Barrault (aux jeux très intériorisés), ce film est le premier (et le seul pour l’instant) d’un jeune écrivain allemand célèbre par un roman policier. J’ai encore un mort à Berlin.