Jane sera toujours Jane

Walter Bockmayer, Rolf Bührmann

RFA — 16 mm, couleurs, V.O.S.T.F., 1 h 25, inédit en France, 1977

Titre original Jane bleibt Jane Scénario Walter Bockmayer Images Peter Mertin Musique David Bowie, Asha Puthli, Mandingo, Stomu Yamahta Décors Norbert Schaub Production Enten (Rolf Bührmann) et ZDF (Cologne) Distribution en Allemagne Munich Films Interprétation

Johanna König (Jane), Peter Chatel (le journaliste), Karl Blömer (Tarzan)

Jane, l’ancienne compagne de Tarzan, arrive dans une maison de retraite de vieillards. Dans sa petite chambre transformée en jungle, elle appelle, avec la complicité surprise d’un jeune journaliste un peu gandin, ses souvenirs. Ce n’est pas un film sur les malheurs des vieillards fait par un bon apôtre de la condescendance, mais une simple histoire assez insensée que vit pendant quelques jours une drôle de petite vieille qui peuple de toc et de matière plastique le décor qu’on lui propose. Rarement film, montrant des gens habituellement réduits à un sujet, a été aussi éloigné de toute démagogie : ici, le cinéma donne à un vieillard une histoire. Du vrai grand cinéma. Bande musicale remarquable.
Fassbinder, à propos du film : « Un des plus beaux, des plus importants nouveaux films allemands (…) où Walter Bockmayer refuse toute médiocrité honteuse… ».