Hazal

Ali Özgentürk

Turquie — 35 mm — couleurs — 90 min — 1980 — V.O. Sous-titres français

Scénario Ali Ozgenturk, Onat Kutlar Prises de vue Muzaffer Turan Musique Arif Sag Production Umut Film Sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs / Cannes 1980 Interprétation

Türkan Soray, Talat Bulut, Meral Cetinkaya, Hüseying Peyda, Keriman Ulusoy, Bahri Ates

Le film se passe à l’Est de l’Anatolie, dans un petit village situé au sein d’une solitude absolue et effrayante et parmi de hautes et sauvages montagnes. Toutes les terres du village appartiennent à une seule personne, L’Aga. Les conditions de vie des paysans sont terribles. Ils se trouvent farouchement écrasés soit par l’Aga soit par les traditions concrétisées dans le personnage du Cheik, l’autorité religieuse. Hazal, fille d’une des plus pauvres familles du village s’était engagée à Besir, fils d’une famille riche, qui va partir pour son service militaire. Une fois quitté le village, Besir ne revient plus. D’après la tradition et conforme à la promesse de l’Aga, Hazel doit se marier avec Orner, le petit frère de Besir. Leur mariage qui ressemble plutôt à un rituel devient par le temps naturellement insupportable. Le petit Orner subissait une éducation religieuse dans l’objet un jour de devenir un religieux. Le père d’Orner qui est vieux et fatigué, est le maire du village et a de bonnes relations avec l’Aga. Orner a aussi une vieille et laide mère qui est éprise de lui, étant le seul fils de la famille. Orner, avec une ruse enfantine, cherche à résoudre les problèmes qui dérivent de ce mariage desharmonieux en accusant Hazal. La mère d’Orner qui veut que sa lignée continue, décide d’appeler un magicien pour jeter un sort érotique sur son fils. La soeur d’Orner, Feso, très laide mais jeune rencontre en secret le magicien. Omer et Hazal qui les voient ensemble, ne disent rien à personne. Mais Fezo écrasée sous la pression des traditions, ne peut plus soutenir cette honte et se suicide. Un jour, quelques étrangers avec des machines arrivent au village et commencent à surveiller le terrain. Ils signalent qu’ils vont construire une route. Mais l’Aga s’oppose à ce projet qui passera probablement par ses terres. Avec la collaboration du religieux, il réagit en sabotant les travaux. Sous son influence, les paysans le suivent. Seul Emin défend le projet. Il va au chantier et commence à travailler. Enfin, un paysan devient ouvrier. Hazal et Emin, après un ou deux rendez-vous en secret, décident de s’échapper ensemble pour aller vivre dans la grande ville. Malgré toutes les interventions, nous voyons la route s’avancer rapidement parmi les hautes montagnes. Au fur et à mesure qu’elle se rapproche vers le village, la panique de l’Aga augmente sensiblement.