Deep End

Jerzy Skolimowski

États-Unis — fiction — 1970 — 1h31 — numérique — couleur — vostf

Scénario Jerzy Skolimowski, Boleslaw Sulik, Jerzy Gruza Image Charly Steindberger Musique Cat Stevens Montage Barrie Vince Son Christian Schubert, Karsten Ullrich Production Helmut Jedele Source Carlotta Films Interprétation

Jane Asher, John Moulder-Brown, Diana Dors, Karl Michael Vogler, Christopher Sandford

Adolescent de 15 ans, Mike vient d’être embauché dans un établissement de bains publics de l’East End londonien. Sa collègue Susan est chargée de lui faire visiter les lieux. Le jeune homme est tout de suite attiré par cette jolie rousse plus âgée que lui. Alors qu’il découvre une atmosphère étrange autour de la piscine, Mike doit faire face aux avances d’une cliente. Peu à peu, Susan joue avec l’inexpérience du garçon, profitant de son admiration candide pour le faire plonger dans une dangereuse spirale de fantasmes et d’obsessions.

« En donnant le rôle de la « Soho bitch » à Jane Asher, qui est alors la petite amie de Paul McCartney et, par extension, de toute l’Angleterre branchée, Jerzy Skolimowski saccage les clichés des Swinging Sixties. Pire, il tire de sa retraite la voluptueuse Diana Dors, autrefois appelée « la Marilyn anglaise », et lui fait jouer une scène délirante dans la quelle elle atteint l’orgasme en louant les prodiges de l’attaquant vedette de Manchester United : George Best. Libéré du poids du régime polonais qu’il vient de fuir, Jerzy Skolimowski s’amuse, mi-satirique, mi-dépité, des libertés prétendues de l’Europe de l’Ouest. Son compatriote et ami Roman Polanski en avait filmé le « dead end » (Cul-de-sac). Le « deep end » de Skolimowski, quant à lui, désigne aussi bien le fond de la piscine que le quartier prolétaire de l’East End, antagoniste décrépi et zone refoulée du Swinging London. »

Carlotta Films